Cuisine zéro déchet : Steak végétal à base de fibres rejetées par l’extracteur de jus

Cuisine zéro déchet : Steak végétal à base de fibres rejetées par l’extracteur de jus

Que faire des fibres rejetées par son extracteur de jus ? Nous avons trouvé une recette facile, délicieuse, zéro déchet mais surtout zéro gâchis : le steak végétal fait maison ! On vous dit comment ci-dessous !

Cuisine zéro déchet : Steak végétal à base de fibres rejetées par l'extracteur de jus

Depuis que nous avons un extracteur de jus à la maison, je suis devenue une grande fan des jus frais fait maison. Comme je vous l’expliquais dans mon article 5 jus frais d’automne, l’extracteur de jus me permet de consommer ma dose de vitamines minimum, surtout à l’approche de la saison hivernale. Mais l’extracteur rejette pas mal de déchets organiques, des fibres tout aussi bénéfiques pour notre santé et essentielles pour notre transit ! Alors que faire de ces restes comestibles au lieu de les envoyer directement au compost ? Julian a eu l’idée géniale de fabriquer des steaks végétariens ! Le steak végétal est ainsi devenu un plat incontournable de notre menu hebdomadaire !

Cuisine Zéro Déchet – Pourquoi  & Comment ?

Cette recette (et le plat dans son ensemble) est à la fois zéro déchet et zéro gâchis. Tous les ingrédients sont achetés en vrac ou dans des contenants recyclables et réutilisables (comme la boîte d’oeufs, par exemple). Zéro gâchis car nous utilisons les fibres rejetées par l’extracteur et nous avons râpé du pain rassis pour en faire de la chapelure ! Qu’est-ce que j’aime le zéro perte !

Les résidus de fibres rejetées par l’extracteur de jus

Cuisine zéro déchet : Steak végétal à base de fibres rejetées par l'extracteur de jus

Pain sec transformé en chapelure

chapelure zéro déchet zéro gâchis avec du pain rassis

Les ingrédients

Cuisine zéro déchet : Steak végétal à base de fibres rejetées par l'extracteur de jus

Pour 6 à 8 steaks, vous aurez besoin de :

  • ± 250g de résidus de fibres rejetées par l’extracteur de jus de notre jus n°1 – carottes, betterave et curcuma (nous avons juste retirer les extraits de citron)
  • ± 200g de lentilles de corail (pour apporter de la consistence)
  • 3-4 oeufs (pour lier)
  • chapelure (pour absorber l’excès de liquide)
  • graine de chia (apport en protéine)
  • poivre, sel et épices (pour cette recette nous avons utilisé des épices de moutarde et de masala)

La mixture

Dans cet ordre, mélangez : les fibres, les lentilles de corail cuites, les oeufs, les graines de chia (gonflées dans l’eau au préalable), la chapelure et les épices.

La cuisson

Formez des boules avec vos mains puis aplatissez-les avant de les déposer délicatement dans la poêle.
Faites-les dorer à souhait.

Et voilà !

Nous avons accompagné le steak végétal d’un velouté de butternut, d’haricots rouges pour plus d’apport en protéine et d’une petite salade verte pour la fraîcheur ! Et bien sûr, à déguster avec son jus ! Vitamines + fibres = Healthy Meal ! Bon appétit !

 

Cuisine zéro déchet : Steak végétal à base de fibres rejetées par l'extracteur de jus
Cuisine zéro déchet : Steak végétal à base de fibres rejetées par l'extracteur de jus

Qui va tenter le steak végétal maison avec les fibres rejetées par son extracteur de jus ?
Et sinon, vous avez d’autres recettes zéro gâchis à base de ces résidus ?

5 jus frais d’automne pour faire le plein de vitamines

5 jus frais d’automne pour faire le plein de vitamines

Aujourd’hui, je vous propose 5 jus frais d’automne faits maison à base de fruits et légumes pour faire le plein de vitamines !

Chaque année en cette période automne/hiver, je remarque une chose : ma consommation en fruits diminue considérablement. Avec les températures en baisse, mon envie de fruits chute automatiquement. Je m’oriente plus facilement vers des encas ou plats plus consistants, réchauffants et réconfortants comme les biscuits, la fondue, la tartiflette (sans lardon !) ou encore un bon plat de pattes. Puisque j’ai du mal à les manger sous leur forme originale et pour pallier un éventuel manque en vitamines, il fallait que je trouve une parade ! Et j’ai trouvé la solution en utilisant un extracteur jus. A l’aide de ce dernier, je me concocte ainsi des jus frais avec des fruits et légumes d’automne.

Je ne suis pas experte en nutriment (d’ailleurs j’aimerais bien m’associer à une naturopathe) mais pour moi, l’essentiel est de consommer un maximum de végétaux crus, locaux et de saison. Ça va faire un peu plus d’un mois que je teste différentes associations de fruits et légumes. Aujourd’hui, je vous suggère mes 5 jus frais préférés à siroter cet automne !

ps: Toutes les plantes utilisées dans les jus ci-dessous sont passées à l’extracteur directement avec leur peau (sauf pour le kiwi) ! Cela va sans dire, ces végétaux sont issues de l’agriculture biologique, parce que non merci au cocktail de pesticides !

Jus frais d’automne n°1 – Bonne mine

Pour 3 à 4 verres (≈65cl)

  • 1/2 betterave (vitamine B9 – anti-oxydante lutte contre les radicaux libres)
  • 8-10 carottes (vitamine A – anti-oxydante lutte contre les radicaux libres)
  • 2-3 citrons* (vitamine C)
  • 2-3 morceaux de curcuma (anti-inflammatoire – Traite les ulcères de l’estomac et les troubles du foie)

 

 

 

 

*La saison des citrons s’étend de janvier à avril. Les miens viennent d’un producteur portugais à deux pas de chez moi qui les cultivent en Algarve (sud du Portugal) sans produit chimique. Il sont transportés en camion.

Jus frais d’automne n°2 – Digestion

Pour 4 à 5 verres (≈80cl)

  • 5-6 kiwis (vitamines C et K – bon pour les troubles de la digestion)
  • 1 fenouil (vitamines C et B9 – propriétés digestives et anti-oxydantes)
  • 2 concombres (cuivre – contribue à la défense du corps contre les radicaux libres)
  • 3-4 pommes* (vitamine C – Stimule le système immunitaire)

 

 

 

*Pommes du jardin de mes parents ! Plus local, tu peux pas ! C’est un réel plaisir de pouvoir cueillir le fruit directement de l’arbre et le manger immédiatement. Vous avez aussi des fruits ou légumes dans votre jardin ?

 

Jus frais d’automne n°3 –  Plaisir sucré épicé

Pour 3 à 4 verres (≈65cl)

  • 8-10 carottes (vitamine A – anti-oxydante lutte contre les radicaux libres)
  • 4 pommes (vitamine C – Stimule le système immunitaire)
  • 4 poires (cuivre – contribue à la défense du corps contre les radicaux libres)
  • gingembre à votre goût (manganèse – se défendre contre l’oxydation, le stress oxydatif et le vieillissement cellulaire)

Jus frais d’automne n°4 –  Tonique

Pour 4 à 5 verres (≈80cl)

  • 100-150g d’épinards frais (vitamines A, B9, K, fer, magnésium et manganèse)
  • 4 pommes (vitamine C – Stimule le système immunitaire)
  • 1 grosse grappe de raisins (vitamine C – anti-oxydant et santé des os)
  • gingembre à votre convenance (manganèse – se défendre contre l’oxydation, le stress oxydatif et le vieillissement cellulaire)

Jus frais d’automne n°5 – Detox

Pour 3 à 4 verres (≈65cl)

  • 3 radis noirs (aider à traiter les troubles digestifs dûs à une mauvaise circulation biliaire, mais aussi l’inflammation et l’hypersécrétion des voies respiratoires supérieures (rhume, sinusite, etc).)
  • 4 pommes (vitamine C – Stimule le système immunitaire)
  • 3 citrons (vitamine C)
  • gingembre selon vos envies et tolérance à l’épicé (manganèse – se défendre contre l’oxydation, le stress oxydatif et le vieillissement cellulaire)

Le jus frais d’automne qui a fait l’unanimité dans la famille, c’est le n°3 – Plaisir sucré épicé au couleur d’Halloween ! Il rassemble les 2 plantes phares de la saison : la carotte et la pomme.

Que faire avec les déchets de fibres ?

L’extracteur de jus, comme son nom l’indique, extrait le jus des fruits et légumes et rejette donc la peau et les fibres. On se retrouve donc avec un beau monticule de déchets organiques que vous pouvez mettre au compost.
Mais toute cette perte de fibres me chiffonnait… Ça me faisait mal au coeur de jeter autant de nourriture à la poubelle surtout que toutes ces fibres sont tout autant bénéfiques pour le corps puisqu’elles favorisent le transit intestinal.
Julian a eu l’idée de composer une recette délicieuse à base de ces déchets végétaux… Je vous donne rdv le mois prochain pour la découvrir ! Je m’avance un peu mais je pense que vous allez adorer !

Pour terminer sur une note mode, je porte :
Blouse Zaryse manches courte en viscose et made in France ℅ Aatise (15% de réduction avec le code BLOOMERS15)
Jupe crayon vintage
Créoles Rishi 46mm en or recyclé ℅ Or du Monde

Faites-vous aussi des jus frais à l’aide d’un extracteur en cette période automnale ?

Source nutriments : Passeport Santé

Les fruits et légumes d’automne

Les fruits et légumes d’automne

Pour consommer plus consciemment, mangeons local et de saison ! Et pour vous faciliter la tâche, vous trouverez ci-dessous une liste des fruits et légumes d’automne. À garder sous la main lorsque vous irez faire vos courses !

fruits et légumes d'automne

Au cours des 3 dernières années, ma prise de conscience écologique s’est faite à plusieurs niveaux : fashion, beauté mais aussi food.

En 2016, j’ai décidé (principalement pour des raisons écologiques) de supprimer la viande de mon régime alimentaire. Ce changement m’a donc permis d’accorder davantage d’importance aux fruits et légumes. Mon assiette est beaucoup plus saine et variée. J’achète un maximum aux producteurs locaux pour favoriser les circuits courts ce qui m’aide directement à consommer de saison. De cette façon, je profite des bienfaits nutritionnels des produits frais pour faire le plein de vitamines !

En somme, consommer des fruits et légumes locaux et de saison c’est non seulement écologique mais également économique, sain, solidaire et varié.

Ci-dessous, vous trouverez la liste de fruits et légumes d’automne classifié par mois.

Liste des fruits et légumes d'automne - Bloomers.eco

Les légumes d’automne

Septembre

  • Artichaut
  • Aubergine
  • Bettrave
  • Carotte
  • Brocolis
  • Chou fleur
  • Concombre
  • Courgette
  • Haricot vert
  • Mâche
  • Navet
  • Oignon
  • Piment
  • Poireau
  • Pois
  • Poivron
  • Pomme de terre
  • Potiron
  • Radis

Octobre

  • Aubergine
  • Bettrave
  • Blette
  • Brocolis
  • Carotte
  • Celeri
  • Choux
  • Courge
  • Concombre
  • Courgette
  • Epinard
  • Haricot vert
  • Mâche
  • Navet
  • Oignon
  • Piment
  • Poireau
  • Poivron
  • Pomme de terre
  • Potimarron
  • Potiron
  • Radis
  • Rutabaga
  • Topinambour

Novembre

  • Bettrave
  • Brocolis
  • Carotte
  • Céleri
  • Champignon
  • Chou
  • Chou fleur
  • Epinard
  • Fenouil
  • Mâche
  • Navet
  • Panais
  • Poireau
  • Poivron
  • Potiron
  • Radis

Les fruits d’automne

Septembre

  • Coing
  • Figue
  • Fraise
  • Framboise
  • Melon
  • Noisette
  • Noix
  • Pastèque
  • Pêche
  • Poire
  • Pomme
  • Prune
  • Raisin
  • Tomate

Octobre

  • Châtaigne
  • Coing
  • Figue
  • Fraise
  • Kiwi
  • Mûre
  • Myrtille
  • Noix
  • Poire
  • Pomme
  • Tomate

Novembre

  • Châtaigne
  • Clémentine
  • Kaki
  • Kiwi
  • Mandarine
  • Poire
  • Pomme
  • Raisin

 

Liste des fruits et légumes d'automne - Bloomers.eco
Liste des fruits et légumes d'automne - Bloomers.eco
Liste des fruits et légumes d'automne - Bloomers.eco
Liste des fruits et légumes d'automne - Bloomers.eco
Liste des fruits et légumes d'automne - Bloomers.eco

Sur une note mode, je porte :

Jupe ℅ People Tree, en TENCEL ™ Lyocell
T-shirt noir  #30wears
Collier made in Turquie ℅ My Made in Box, provenant de My Made in Turkey Box
(de la box Septembre – Octobre 2018 – Découvrez mon article ici et recevez -15% de réduction avec le code BLOOMERS15)

Aimeriez-vous découvrir des idées de recettes végétariennes avec les fruits et légumes de saison ?

Notre mini-kit zéro déchet pour voyager

Notre mini-kit zéro déchet pour voyager

Produire un minimum de déchets tout en voyageant, c’est possible ! Adoptez les bons réflexes et constituez-vous un mini-kit zéro déchet pour voyager le coeur plus vert ! Fini les verres et bouteilles en plastique, gobelets à usage unique, sacs et poches en pagaille, on vous donne toutes nos alternatives !

zéro déchet

Vous avez été nombreuses et nombreux à nous demander quels étaient les accessoires “anti-production de déchets” que nous emportons toujours avec nous lors de nos déplacements et voyages. Après plus d’une année sur les routes, nous avons naturellement adopté des alternatives réutilisables aux options à usage unique. Car en plus du plaisir de voyager, Julian et moi sommes pour le respect de la planète avant toutes commodités futiles que notre société de consommation nous propose. (ps: nous sommes conscients que voyager pollue mais je laisse ce sujet pour un prochain article.) C’est ainsi qu’au fil du temps, nous nous sommes constitué un mini-kit zéro déchet de voyage afin de produire un minimum d’ordures. Vous allez voir, la liste n’est pas bien longue. Sans doute, possédez-vous déjà quelques uns de ces “ustensiles”. A vous d’adapter ce kit en fonction de vos besoins ou devrais-je dire de vos non-besoins.

zéro déchet

Cabas de course en coton

Pour éviter : tous types de sacs en plastique ou papier.

A utiliser : pour faire de petites courses de dernière minute, pour acheter votre baguette sans emballage, pour vos emplettes (éco-responsables), transporter un pique-nique…

En voyage : je glisse toujours mon cabas en coton dans mon sac à main dans lequel je rassemble tous mes accessoires zéro déchet.

Il m’a sauvé la mise à plusieurs reprises en voyage comme au quotidien. Le cabas en tissu réutilisable est la base de mon kit. Il est bien plus résistant qu’un sac en papier et beaucoup plus joli qu’un sac en plastique. Refuser un sac jetable, c’est ralentir la demande en production.

Vous pouvez les acheter dans les magasins bio ou en vrac.

 

zéro déchet

Bouteille d’eau réutilisable

Pour éviter : les bouteilles en plastique !

A utiliser : tous les jours ! Remplissez-là au robinet, aux fontaines publiques ou dans les bars et restaurants.

J’ai cette bouteille de la marque Dopper depuis 2014. A cette époque, je vivais à Berlin et je faisais toujours mes courses dans un magasin bio dans lequel j’ai acheté cette bouteille réutilisable. Je n’étais pas encore dans une démarche de zéro déchet mais l’idée d’acheter (et jeter) des bouteilles en plastique me dérangeait déjà. J’avoue que je l’ai achetée un peu pour son design rose mais surtout parce qu’une partie de ses bénéfices permettent de financer l’accès à l’eau potable au Népal.
Elle est super légère et sa forme n’est pas encombrante du tout. Si aujourd’hui, je devais choisir une bouteille de leur collection, je prendrais celle en inox. Bien que le plastique est garanti sans bpa ni produit toxique, j’essaie de m’entourer d’un minimum de plastique. En plus, celle en acier peut aussi accueillir des boissons chaudes !

Et sinon je suis aussi fan des bouteilles en verre protégées de silicone, BKR.

Conseil : Ne prenez pas de bouteille en inox colorée car la peinture s’effrite et vient se coller partout ! Julian en a une comme ça et on se retrouve avec plein de particules bleues sur les mains, le visages, les accessoires… Un cauchemar !

zéro déchet

Petites poches en coton biologique

Pour éviter : les sachets en plastique comme en papier.

A utiliser : pour acheter noix et biscuits en vrac, sandwich et viennoiserie à emporter mais également des fruits et légumes.

Le petit sac en coton bio est devenu un indispensable de notre quotidien. En vacances, on l’utilise principalement pour déguster les saveurs locales. Si nous avons un petit creux en cours de visite, allez hop, dans la poche réutilisable et lavable. Tout comme les sacs, refuser les poches en plastique ou en papier à usage unique, c’est demander un ralentissement de la production.

Comme ces poches ne sont pas encombrantes, j’en prends toujours 2-3 avec moi. Vous pouvez les acheter dans tous les magasins bios et en vrac.
J’utilise aussi les petits sacs en coton que je reçois lorsque je commande des sous-vêtements, des chaussures ou autres !

zéro déchet

Mouchoirs en tissu

Pour éviter : serviettes et mouchoirs en papier

A utiliser : au restaurant ou pour emporter viennoiseries, sandwichs (si vous avez oublié ou n’avez plus de petits sacs en coton), quiches ou même une part de pizza à emporter !

Je nous ai créé une belle collection de mouchoirs en tissu. Tous vintage et uniques en leur genre, je les ai récupérés dans les tiroirs de ma Maman et ma Grand-mère. Je dirais que le mouchoir en tissu est mon accessoire zéro déchet préféré. J’en ai toujours 2-3 sur moi et  ils sont utiles dans beaucoup de situations. Je l’utilise principalement pour remplacer les serviettes au restaurant puis pour emballer/emporter certains aliments. J’en réserve toujours un pour sa fonction initiale : se moucher le nez !

zéro déchet

Bocal en verre

Pour éviter : verres en plastique et gobelets à emporter style Starbucks (ils ne sont pas recyclables dans le container pour cartons car recouverts d’une fine couche de plastique à l’intérieur pour l’étanchéité)

A utiliser : comme tupperware pour emporter des restes ou des fruits (comme le melon ou la pastèque) à manger en trajet ou encore pour prendre un café ou une bière pression à emporter !

Au début, on ne les prenait pas systématiquement car parfois un peu encombrant. Mais ils se sont révélés très utile surtout pour les buveurs de café à l’emporter comme nous ! Vous attendez votre train en gare mais trop juste pour se poser ? Demandez votre café/thé/chocolat chaud to-go dans votre bocal !

Ceci-dit, j’aimerais bien investir dans une Keepcup spéciale boissons chaudes :

zéro déchet

Pailles réutilisables

Pour éviter : les pailles en plastique ou même papier à usage unique. L’un des objets les plus retrouvés sur nos plages et dans nos océans.

A utiliser : pour boire vos Apérol Spritz, thés glacés et noix de coco sans plastique !

Conseil : Lorsque vous commandez vos boissons, pensez à la phrase magique : “Sans paille en plastique, s’il vous plaît !”

J’ai acheté ma paille en verre, de la marque be organic, dans le magasin bio et en vrac Bali Buddha à Bali. Julian en avait également une mais il l’a cassée… Du coup, nos amis de chez Sama Sama (resto de crêpes ultra méga bonnes – à découvrir dans notre eco-city guide de Lisbonne) lui ont offert une paille en bambou !
Si vous aimez boire à la paille, vous trouverez des pailles en verre, inox et bambou sur le site sans-bpa.com.

Ce mini-kit zéro déchet pour voyage est au final un kit que j’emporte toujours avec moi dans mon quotidien. Je l’adapte en fonction de l’endroit et de la situation. J’ai en principe toujours un mouchoir avec moi qui m’est utile dans n’importe quelle situation. Si j’ai une soirée, je m’assure également de prendre un bocal pour éviter de boire ma bière dans un verre en plastique à usage unique. Principalement en été, je prends toujours ma paille en verre (et Julian en bambou) pour siroter mon Apérol Spritz sans plastique ! Quant au cabas et aux petites poches en coton bio, ils restent mes indispensables courses, tout au long de l’année.

Dans la liste ci-dessus, quels sont les accessoires que vous avez déjà adopté ? Et quels sont ceux que vous allez adopter pour réduire vos déchets ?

Interview avec Carolina Sevilla du mouvement #5MinuteBeachCleanUp

Interview avec Carolina Sevilla du mouvement #5MinuteBeachCleanUp

En ce premier jeudi du mois de juin, j’ai le plaisir de vous retrouver avec une nouvelle discussion durable ! Saviez-vous que tous les 5 juin depuis 1972, nous célébrons la Journée Internationale de l’Environement qui vise à sensibiliser les citoyens sur les problèmes environnementaux ? Personnellement, je n’en avais aucune idée ! Alors pour continuer dans cette lancée et faire de chaque jour, la journée de l’environnement, j’ai aujourd’hui l’honneur de vous présenter Carolina Sevilla à l’initiative du mouvemenent 5MinuteBeachCleanUp = 5 minutes pour nettoyer la plage. J’ai découvert son mouvement l’année dernière, juste avant de partir en voyage pour l’Asie du Sud-Est. J’ai trouvé cette démarche simplement géniale et pleine de bon sens alors je me suis fait la promesse de prendre 5 minutes de mon temps pour récolter les déchets sur les plages. D’ailleurs, je vous en parlais dans cet article.
Au delà d’un simple message de sensibilisation, ce sont des solutions et mises en pratique telles que le suggère Carolina et son hashtag #5minutebeachcleanup dont nous avons besoin.
Je vous laisse découvrir comment Caroline Sevilla, depuis sa maisonnette au Costa Rica, a rendu ce mouvement éco-responsable mondial !

Quel a été l’élément déclencheur qui t’a amené à lancer le mouvement #5MinuteBeachCleanUp ?

En 2016, j’ai déménagé dans une maison sur la plage avec vue sur l’océan. A cette époque, je travaillais déjà pour BIONIC, une entreprise qui transforme les déchets plastiques trouvés dans les océans en matière textile. D’ailleurs, je travaille actuellement avec eux pour créer un centre de déchets à Santa Teresa au Costa Rica.
J’étais dévastée par la quantité de déchets que je retrouvais devant chez moi. Pendant mes balades le long de la plage, je me suis mise à récolter les déchets échoués. En y réfléchissant, je me suis dit que l’éducation était l’outil le plus puissant pour sensibiliser et combattre la pollution liée au plastique à tous les niveaux, aussi bien social qu’économique.
Je pense que la majorité de nos idées et convictions ne sont pas représentées par les gouvernements ni par les organisations non-gouvernementales. De nos jours, sauver la planète des pêches illégales, de la pollution plastique ou encore du changement climatique nous appartient. Nous devons tous y contribuer en faisant quelque chose. Alors je me suis dit pourquoi ne pas prendre 5 minutes par jour pour nettoyer la plage ! Ce n’est pas grand-chose mais l’impact est immense !

Le mouvement est maintenant connu à l’échelle mondiale. D’où est partie l’idée ? Comment et en combien de temps le mouvement s’est-il répandu ?

J’ai commencé par suivre les chiffres clés en lien avec l’environnement et la santé sur Instagram et j’utilisais le hashtag #5minutebeachcleanup à chaque fois que je postais une photo des déchets que je récoltais sur la plage. Petit à petit, le nombre de personnes qui m’envoyaient des photos de leur nettoyage en bord de mer a commencé à augmenter. Une année après le début du mouvement, Gary, un visionnaire et militant écologiste qui a créé Make a Change World m’a demandé un rapport à propos de mon travail avec Bionic, de 5minutebeachcleanup et de mon style de vie ; en été, je vis dans une maisonnette entre les palmiers à Santa Teresa au Costa Rica. La vidéo est devenue virale et c’est ainsi que le mouvement s’est fait connaître à l’international. La vidéo de Gary a été retransmise par de grands médias presse comme NOWTHIS et A + J (Al Jazeera) et c’est ainsi que l’initiative est montée en flèche pour devenir un mouvement.

photo: Gary Bencheghib and Lucas from Make A Change World

Y-a-t-il un déchet que tu retrouves plus fréquemment que d’autres ?

Au Costa Rica, on ramasse tout type de déchets mais je trouve le plus souvent des bouchons. Nous allons très prochainement ouvrir un centre de recyclage des déchets dans lequel nous pourrons recycler tous ces « débris marins » dans l’espoir de leurs redonner une nouvelle utilité sur la côte pacifique centrale.

Quel a été le déchet le plus inattendu que tu aies pu ramasser ?

Un jour, j’ai trouvé un sac de lait. C’est franchement incroyable ! Ça devait faire un moment que ce déchet se baladait dans l’océan parce que ce type d’emballage était utilisé dans les années 90 !

Selon toi, d’où vient le problème ?

Le problème vient de deux sources : le mauvais système de gestion des déchets du côté des gouvernements et des autorités et l’utilisation massive de plastique du côté des entreprises. Si les gouvernements au niveau régional étaient mieux organisés, les choses seraient bien différentes. A cela, nous devons ajouter l’éducation. Un enseignement sur le tri sélectif devrait être mis en place pour les citoyens.
D’un autre côté, les grandes entreprises devraient premièrement arrêter de produire autant de plastique et deuxièmement elles devraient être responsables de son recyclage. Pour ce faire, le gouvernement devrait ajouter une taxe spéciale à ces dernières.
Nous sommes également concernés par l’utilisation de plastique à usage unique. Nous devons trouver des substituts au plus vite car c’est ce type d’emballage qui finit dans les mers et océans chaque jour.

Quels changements aimerais-tu voir de la part des citoyens, des gouvernements et des entreprises pour réduire la quantité de déchets dans nos océans ?

Je veux que les personnes soient responsables des dégâts que nous avons créés. En d’autres termes, il faut repenser ses habitudes de consommation au quotidien. Refuser est l’action la plus importante avec le recyclage.

Du côté des gouvernements, faire le nécessaire pour stopper la pêche illégale, combattre le changement climatique et réduire la pollution plastique.

Du côté des entreprises, mettre la barre plus haute en s’engageant dans le recyclage de leurs matières à 100%, en utilisant d’autres matériaux et faire preuve de responsabilité sociale.

Nous ne pouvons pas rester les bras croisés. Il nous faut agir, maintenant !
Qui va rejoindre le #5minutebeachcleanup cet été ?
Laissez-nous un grand MOI ou cet emoji 🙋‍♀️🙋‍♂️ et la plage que vous allez nettoyer en commentaire ci-dessous !
De notre côté, on le fera sur les plages d’Andalousie dans une petite semaine !

Un immense merci à Carolina pour avoir répondu à nos questions ! Vous pouvez suivre et faire partie du mouvement 5MinuteBeachCleanUp sur Instagram et Facebook.

Je vous mets la vidéo de Gary à propos du projet de Carolina qui a fait le tour du monde  !

Interview audio avec Béa Johnson de Zero Waste Home

Interview audio avec Béa Johnson de Zero Waste Home

Hellooo! Comme chaque premier jeudi du mois, nous nous retrouvons avec une interview d’un acteur dans les domaines de la mode responsable, la beauté green ou le style de vie écologique. Aujourd’hui, nous avons le plaisir de vous présenter la conférencière spécialiste du mode de vie zéro déchet, Béa Johnson !

Française installée aux États-Unis depuis plus de 20 ans, Béa a vécu l’american dream : une grande maison bien décorée, des virées shopping à gogo, un dressing bien rempli, couleur de cheveux blond platine, faux-ongles, bronzage artificiel et botox. Et puis à 32 ans, elle décide de simplifier sa vie. Un jour, en faisant des recherches sur internet pour trouver des alternatives aux emballages, elle tombe sur le terme zero waste jusque là uniquement employé dans le jargon industriel. Béa décida de l’appliquer au sein de son foyer et commença ainsi sa démarche vers une vie zéro déchet.

À présent reconnue comme la précurseuse de ce mouvement devenu mondial, elle est l’auteure du blog Zero Waste Home et du livre “Zéro Déchet” dans lesquels elle partage avec nous ces astuces pour réduire nos déchets au quotidien et plus simplement, pour alléger sa vie.

Mais alors c’est quoi le principe du zéro déchet ? Pour Béa et sa famille, c’est appliquer cette devise : Refuse, Reduce, Reuse, Recycle, Rot (only in that order) soit Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler et Composter (et seulement dans cet ordre).
Depuis 2008, Béa et sa famille mènent une vie (presque) sans déchet, puisqu’après avoir recyclé et composté, sa famille de 4 se retrouve avec une poubelle d’1L par an, seulement ! (ps: En moyenne, un français produit 590kg de déchet par an !) L’icônique bocal en verre, Le Parfait, est devenu son emblème. Elle en possède plus d’une centaine qu’elle utilise aussi bien pour faire ses courses en vrac, comme poubelle et même comme gamelle pour le chien.

Je suis fascinée par les personnes qui créent des concepts révolutionnairement simples allant à contre courant des habitudes préconçues de notre société.

Julian et moi avons eu l’immense, immense, immense honneur d’interviewer par Skype, Béa Johnson. C’est pourquoi, le format de l’interview de ce mois-ci est complètement différent aux précédentes entrevues. Aujourd’hui, au lieu de lire, nous vous invitons à écouter notre interviewée du mois de Mai. Vous trouverez donc ci-dessous, 10 audios et donc 10 questions que nous avons posé à Béa et auquelles elle a répondu avec dextérité. Écoutons-la.

1. Quelle a été ta démarche ?

2. Quels ont été tes premiers changements ?

3. Quel a été le processus ?

4. Quelles sont les idées reçues sur le zéro déchet ?

5. Quelle(s) différence(s) vois-tu entre hommes & femmes dans cette démarche ?

6. Quels sont les pays les plus réceptifs au ZD ? Et ceux moins ?

7. Comment gères-tu lorsque tu es invitée à une fête ?

8. Quel est ton produit de beauté ZD préféré ?

9. Le zéro déchet & l’entourage, comment as-tu géré ?

10. La question la plus bizarre qu’on t’ait posé ?

Merci Béa d’avoir partagé un bout de ton histoire avec nous. Vous pouvez suivre Béa Johnson sur Youtube et Instagram @zerowastehome.

Je vous donne rdv le 7 juin pour une nouvelle discussion durable ! J’ai hâte de vous dévoiler la prochaine interviewée !

Que pensez-vous de ce format ? Préférez-vous les interviews écrites ou audio ? On pense aussi à faire des interviews filmées… A vous de nous dire, en commentaire ci-dessous !