Salut les filles ! Voici le Recap’ de mon Slow Fashion Challenge ! Je vous ai fait une synthèse de mes motivations qui m’ont poussée à ralentir mes achats et le bilan des origines de fabrication de mes vêtements. Ça en dit long sur mon ancienne façon de consommer et c’est pas jojo !

Pour celles d’entre vous n’ayant pas encore pris connaissance de mon défi, le Slow Fashion Challenge a eu lieu durant la deuxième quinzaine du mois de janvier. Mes motivations étaient les suivantes :
1) Me contenter de ce que j’ai et rester créative. Je devais composer chaque jour une nouvelle tenue avec les vêtements déjà dans ma penderie. Par conséquent, profiter à fond de ce que je possède déjà pour…
2) Arrêter d’acheter dans les magasins fast-fashion (un challenge tombé pile pendant les soldes, ce qui m’a permis d’éviter les achats compulsifs et souvent inutiles)
3) Etre plus consciente de mes prochains achats. Je m’oriente à présent uniquement vers les marques éthiques (fabrication locale, vêtements produits à partir de matériaux recyclés et de fibres naturelles, acheter moins mais mieux et soutenir une meilleures économie).

Ce Slow Fashion Challenge m’a ouvert les yeux sur le genre de vêtements et accessoire que j’achetais : fabriqué à des milliers de kilomètres sans aucune transparence sur les conditions de travail des employés et dans des matières pour la plupart synthétiques. 
A présent, je ne peux plus acheter quoi que ce soit sans regarder l’étiquette. Et le résumé que vous trouverez ci-dessous me conforte dans cette démarche. Je me dois d’être pleinement consciente de mes achats.
La mode n’est plus uniquement une façon d’exprimer mon propre style et ma personnalité mais elle est également devenue une façon d’exprimer mon respect ; mon respect envers les personnes qui fabriquent mes vêtements (avec de bonnes conditions de travail et salaires justes), mon respect envers l’environnement (vêtements recyclés, utilisation régulée de l’eau, réduction de l’empreinte carbone)  et envers ma propre santé (matières naturelles), le tout dans le respect d’une économie plus équitable. Tout cela peut paraître bien utopique, mais si chacun contribue un petit peu plus chaque jour, ce sera bien réel.
C’est pourquoi, à partir de maintenant, je vous introduirai des marques éthiques dont l’impact social, environnemental et économique sera le plus positif possible.

Recap – 13 looks – 60 article utilisés (les 2 liens sont des marques éco-responsables)

21 articles Made in China {Samsøe + Samsøe, Mint & Berry, Only, New Look, Zara, Uniqlo, Banana Republic, Polo Ralph Lauren, & Other Stories, Vans, Hunter, Levi’s}
3 articles Made in Indonesia {Promod, Michael Kors, Banana Republic}
1 article Made in India {Zara}
3 articles Made in Vietnam {Nike, Sorel, Tommy Hilfiger}

1 article Made in Mexico {Levi’s}
1 article Made in Canada {Canada Goose}

6 articles Made in Turkey {COS, Mango, Zara, Topshop, Pull & Bear, Sincerely Jules}
2 articles Made in France {Carrousel, Bocage}
6 articles Made in Europe {COS (Romania), Maje (Slovakia), IRO, Ray-Ban, Chloé (Italy), Freitag (Poland)}

7 articles vintage (principalement sac et manteaux)

9 articles inconnus {origine de fabrication non mentionnée chez Olive Clothing, Bocage, Asos Denim, Jekel Paris, bonnet acheté sur marché de Noël, collants DIM, chaussettes H&M, écharpe & Other Stories (étiquette coupée), Sac Patrizia Pepe}

Cette liste résume parfaitement la façon dont je consommais auparavant, c’est-à-dire, “sans conscience” ou presque car depuis l’année dernière, j’ai commencé à soutenir des marques éco-responsable comme Freitag, Carrousel ou encore Christy Dawn.

Look 7 – Ce pantalon, made in France, est actuellement à –50%, soit 62,50€ (cachemire & laine)!

J’espère que ce Slow Fashion Challenge vous aura inspiré à re-porter certains vêtements oubliés au fond du placard. C’est aussi une bonne façon de faire un tri et de se débarrasser de ce qui ne nous vas plus !

N’hésitez pas me laisser vos impressions dans la section commentaire ci-dessous !