Mon Slow Fashion Challenge continue avec ce deuxième look ! J’adore porter des couleurs claires en hiver comme du blanc, des tons crème et du rose pâle. Ca égaie le teint et le moral lors des journée maussades. 😉

Manteau Vintage : trouvé dans le dressing de ma grand-mère. Acheter second-hand est une bonne façon de consommer durablement puisque vous achetez un produit déjà fabriqué.

Pullover Pull & Bear : magasin de fast fashion du géant espagnol, Inditex. J’ai ajouté des petits noeuds autour des manches pour le mettre au goût du jour.

Sac Chloé : l’un de mes meilleurs achats en terme de qualité et d’usage. Depuis cet achat, je n’ai plus acheté de sac en similicuir bas de gamme. D’un point de vu écologique, c’est pire de consommer du similicuir sauf si celui-ci est fabriqué à partir de matières naturelles comme le cuir d’ananas, piñatex. La bonne approche lorsqu’il s’agit d’acheter des accessoires en cuir et d’en connaître la provenance. Est-ce que l’animal a été tué pour spécifiquement produire le sac ? Dans ce cas, on est d’accord, ce n’est pas éthique. Ou, est-ce que le cuir provient de tanneries contrôlées ? exemple: “déchets” provenant de l’industrie de l’alimentation. Concernant ce sac, je n’ai malheureusement pas d’information, manque de transparence.

Topshop jeans: une autre marque fast fashion.

Nike Rosh-run: un autre géant de la fast fashion.

& Other Stories scarf: 100% laine = matière naturelle. Ce modèle est un intemporel que je pourrait ressortir chaque hiver. Je l’ai acheté avec une réduction de 20% après avoir rapporté mon tube de crème pour les mains & Other Stories en magasin qui sera ensuite recyclé par leur propre soin. Je trouve cette solution intéressante pour réduire les déchets.
&OT est une marque du groupe H&M. Et lorsque je faisais mes recherches, j’ai découvert que le groupe est en train de travailler leur stratégie sur une industrie textile durable. Ils ont pour but de développer une production 100% circulaire, c’est-à-dire, produire à partir de matériaux recyclés ou écologiques. Lire plus ici. (en anglais)

Pompom beanie: j’ai acheté ce bonnet sur un marché à Berlin. Je n’ai aucune traçabilité du produit. D’autant plus que le pompon est en fourrure… (les activistes contre la maltraitance des animaux vont me détester et je suis tout à fait d’accord) Lorsque j’ai acheté ce bonnet il y 4 ans, je ne pensais absolument pas à l’éthique du produit mais seulement à son esthétique. Je vous en parle plus amplement dans le look 3 de demain !

Que pensez-vous des enseignes fast fashion VS leurs chartes de durabilité et transparence ?

PS: Même si cette démarche peut sembler contradictoire, ce challenge slow fashion est une reflexion sur mes précédents achats fast fashion et une façon de toujours promouvoir la mode mais à présent avec un raisonnement réfléchi. J’espère que vous comprendrez cette approche ! 😉
En attendant le prochain look, n’hésitez pas à laisser vos commentaires ci-dessous !

Rejoignez le Challenge Slow Fashion en postant une tenue entièrement composée de vêtements déjà présent dans votre pendrie (le but ne plus acheter dans les enseignes fast fashion) sur votre Instagram, suivie de  #SlowFashionChallenge!

Merci pour votre passage sur le blog !
Bisous, Margot