Après mon petit sondage sur Instagram, vous avez été nombreuses à vouloir lire davantage d’articles plus personnels. Alors voilà, je me lance ! Mais avant de partir sur des articles perso plus ciblés sur les sujets de la mode éthique et du style de vie éco-responsable, je voulais d’abord vous expliquer le début de mon histoire dans le blogging et pourquoi je continue à blogger aujourd’hui !

Le blogging à l’université

Tout a débuté en première année de Master en 2011-2012. En classe de marketing digital, pour mettre en pratique cette matière, je devais créer un site internet.

Je n’avais jamais, au grand jamais, envisagé de créer mon propre blog. Pour moi, tenir un blog était réservé aux célébrités. Sans doute parce qu’à l’époque, je suivais uniquement le blog de Lauren Conrad (cf. MTV Laguna Beach/ The Hills. Qui regardait ?) et de ses amies, The Beauty Department. J’adorais découvrir tous leurs conseils et astuces beauté et DIY déco.

Comme il fallait rapidement choisir une thématique, j’ai donc intitulé mon premier blog : esprit-beauté-déco.wordpress.com (plus orginale tu meurs !).

Quelques mois plutôt, Julian et moi avions acheté ensemble notre tout premier appareil photo reflex, par passion pour la photo. Et c’est ainsi que nous avons commencé notre duo “photographe-blogueuse”, fin 2011.

Pour en revenir au cours de marketing digital, notre premier exercice était donc de créer un blogpost. Je me rappelle avoir été l’une des seules étudiantes à avoir fait l’exercice. La prof s’est ainsi référée à mon article pour donner son cours. Fascinée par son analyse et ses conseils, je me suis prise au jeu et  j’ai continué à alimenter le blog. Voilà, comment j’ai commencé à blogger.

Sortie de l’école, j’ai même décidé de lui refaire une beauté et de lui donner un nom un peu plus sympa : QG Des Petites Curieuses.

Le blogging, une forme d’expression créative

Grâce au blogging, j’ai trouvé une forme d’expression créative. Je pouvais parler de mes passions en y ajoutant ma propre touche esthétique.

Sur QG Des Petites Curieuses, je partageais un peu de tout : des tendances mode et beauté, des routines sportives, des recettes saines que je testais, ou encore des inspiration déco que je rêvais de créer. Ce blog était le quartier général des filles curieuses d’inspiration.

Je ne parlais pas vraiment de moi, je ne mettais pas de marque en valeur et je ne publiais que très rarement. Ce blog était mon échappatoire créative, ce que je ne retrouvais pas au travail. J’étais libre de toutes contraintes et directives.

Le blogging, une constante évolution

Alors que j’évoluais discrètement dans la blogosphère, j’ai eu envie de me spécialiser et rendre mon site web encore plus personnalisé. C’est ainsi qu’est né The Pastel Project. Certaines d’entre vous m’ont peut-être connues ainsi !? D’ailleurs, je tiens à vous remercier d’être toujours là.

Pour celles qui ne me connaissait pas sous TPP, je présentais principalement des tenues aux couleurs pastel ; des nuances vers lesquelles j’étais naturellement attirées. Je voulais inspirer les filles à porter plus de couleurs pour laisser un peu de côté le noir.

Mon message : s’affranchir des tendances et des diktats de la mode, les couleurs pastel ne sont pas uniquement réservées pour le printemps, écouter ses envies.

Le blogging de la fast à la slow fashion, de la toxic à la green beauty…

Je ne le savais pas encore mais le jour où j’ai démissionné de mon job (e-shop fast-fashion), fut le déclenchement de mon changement de mode de vie. J’ai pris une année sabbatique pour me re-centrer sur moi. Alors que je continuais à blogger, j’ai ressenti au fur-et-à-mesure une incohérence entre le monde du blogging fast-fashion/toxic-beauty dans lequel j’avançais et ma personnalité.

Au delà de l’esthétique, j’ai commencé à me demander : pourquoi je communique sur ces marques ? J’ai donc remis en question ma façon de consommer. Par sérendipité, j’ai découvert l’univers du zéro déchet et pris connaissance de marques éco-responsables. Comme les pièces d’un puzzle, j’ai vu ma vision du monde s’assembler. C’est devenu comme une évidence.

En fait, c’était cet univers conscient, sensé, respectueux, utile que je recherchais depuis des années. J’ai ainsi introduit petit à petit des marques éthiques sur The Pastel Project. Et de fil en aiguille, The Pastel Project s’est transformé pour devenir Bloomers.eco.

Je vous explique en détail cette évolution dans cet article.

Le blogging, le véhicule de mes valeurs et mes convictions

Depuis l’âge de 12 ans, je rêve de travailler dans l’univers de la mode. A 17 ans, au moment de choisir ma voie professionnelle, je me suis rétractée à l’idée de faire une école de stylisme. Je sentais que ce milieu “superficiel” et “de requins” n’était pas fait pour moi. Mais pourtant, l’idée de travailler dans un métier lié à la mode ne m’a jamais quittée. Alors j’ai pris mon propre chemin avec de nombreux détours et impasses.

Grâce au blogging, je me suis trouvée. Mon blog m’a permis de découvrir mes valeurs fondamentales et mes convictions enfouies au plus profond de moi et de les aligner avec mes passions. Je les avais recouvertes d’un amas de croyances et d’appartenances sociales qui ne me correspondaient pas, juste pour rentrer dans le moule. Aujourd’hui, j’ai l’impression que pour beaucoup de personnes (surtout blogueuses) la réussite d’une vie se mesure par l’acquisition d’un sac Chanel.

Pour moi, la mode authentique ne se résume pas (plus) à une étiquette de prestige mais à une production raisonnée, respectueuse de l’environnement et de l’Humain. En somme, ma mode est celle qui s’inscrit dans une optique de développement durable.

Le blogging et l’introvertie perfectionniste pas sûre d’elle

Le plus contradictoire dans tout ça : ma personnalité. Je cumule la pire combinaison : introvertie + perfectionniste + pas sûr d’elle-même. A tel point que j’avais toujours une appréhension avant de poster un article quel qu’il soit (cela m’arrive encore aujourd’hui, par exemple avec ce post !)

C’est sans doute aussi l’une des raisons pour lesquelles je parle peu de ma vie personnelle en profondeur.

Vous me direz: mais alors pourquoi tu continues à blogger ?

C’est vrai que donner son avis, raconter un peu sa life, c’est la base du blogging. Cela devrait être naturel mais dans mon cas, je continue pour d’autres raisons :

  • Pour ma propre créativité. Comme évoqué plus haut, je me sens libre d’exprimer ma propre vision esthétique fièrement alliée à mes valeurs éthiques.
  • Pour sortir de ma coquille. Je ne suis pas la fille rentre-dedans, ni celle qui débite à plein pot, ni celle qui publie sur un coup de tête, je ne le serai jamais (même si parfois j’aimerais l’être). Mais j’ai trouvé ma propre forme de blogging. Blogger m’aide chaque jour à sortir de ma zone de confort. J’ai encore des milliers de notes sur mon iPhone, mon carnet et dans la tête que j’aimerais partager avec vous.
  • Pour les échanges et les rencontres. C’est une chance que de pouvoir partager mes idées et mes valeurs avec vous. Je pense aussi à toutes les belles rencontres de créateurs et d’entrepreneurs qui m’aident également à grandir. C’est en partageant qu’on évolue.
  • Pour l’apprentissage continu. Depuis le début de cette aventure, j’ai également développé une palette de compétences très variées : recherche d’idées et d’infos, photographie, réseaux sociaux, SEO, gérer un site internet, négociation, rédaction…Porter plusieurs casquettes est parfois submergeant mais tellement gratifiant. On ne s’ennuie jamais !
  • Pour continuer à être une porte-parole d’une consommation plus consciente et durable. Plus nous communiquerons à ce sujet, plus les choses avanceront. Je ne suis pas de celles qui restent les bras croisés à attendre que les gouvernements bougent. À notre niveau, nous pouvons tous être des consom’Acteurs !

On blogue par plaisir, par envie de partager, pour faire passer un message, peu importe notre personnalité.
Mais blogger, ça peut aussi être un métier ?

J’aimerais aborder le thème du blogging et de l’argent dans un prochain billet.
Ça vous intéresse ?